Happy Runner

Le site du runner heureux

Vous êtes plutôt supinateur, universel ou pronateur ??

Derrière ces mots un peu barbares il faut le dire se cachent finalement un concept simple : comment se positionne votre pied sur le sol lorsque vous marchez ou vous courez.

Il existe trois types de voûtes plantaires :
– les personnes qui ont les pieds plats (voûte plantaire peu cambrée) ont tendance à être pronateur
– les personnes à l’inverse qui ont une voûte plantaire très cambrée sont plutôt supinatrices
– pour les gens à la voûte plantaire « normale », votre pronation sera certainement normale.

Pourquoi connaitre son type de pied ?

Connaitre son type de pied permet de connaitre la façon dont la jambe gère le choc dû à la pose du pied sur la sol. En running, ce contact pied/sol s’appelle le « contact initial« . La façon dont votre pied se pose par terre permet donc d’atténuer ce choc du contact initial.

On peut faire partie d’une des trois catégories de voûtes plantaires qui déterminera alors quel type de chaussure choisir :

– universel

– pronateur

– supinateur

Quelque soit votre pied, cela n’est pas un inconvénient mais un élément à prendre en compte. En effet, au delà du fait que vous apprenez à mieux connaitre votre corps, cette information vous permettra de vous équiper au mieux en choisissant un équipement (des chaussures de course à pied en l’occurrence) idéalement adapté à votre morphologie.

 

Le pied universel

Pas de remarque spécifique : l’usure de la chaussure se fait uniformément et l’axe vertical reste bien perpendiculaire au sol.

Une paire de chaussure running universelle fera l’affaire.

Le pied pronateur

Si vos talons se tournent vers l’intérieur et que votre cambrure du pied s’affaisse, il y a de fortes chances que vous soyez pronateur, vomme 55% des coureurs.

La semelle est du coup déformée sur le bord interne. Vous aurez besoin d’une paire de chaussures anti-pronateur.

 

Le pied supinateur

Si vos talons sont tournés vers l’extérieur et que la voûte plantaire se creuse, alors vous faites plutôt partie des 5% de supinateurs. Mais comme les gauchers, c’est pas parce qu’ils sont moins nombreux qu’ils sont moins doués, au contraire 😉

La semelle est ici usée sur le bord externe. Vous aurez besoin d’une paire de chaussures anti-supinateur.

Découvrir de quel pied on est fait !

Le meilleur moyen de connaître son type de voûte plantaire est encore de consulter un spécialiste qui effectuera une analyse de la foulée et une étude de son ancienne paire de chaussures pour étudier son usure. Dans certains cas, il est en effet indispensable de consulter (podologue), c’est notamment le cas quand votre pronation/supination est trop importante et risque réellement de vous causer des blessures.

Outre le fait d’étudier comment sont usées vos chaussures, il existe une petite technique à faire chez soi (je décline tout responsabilité, hein, cette solution c’est un peu pour le fun).

Il vous suffit d’une bassine remplie d’eau et d’une feuille de papier foncée : on se tient debout dans la bassine puis on en sort en posant les pieds bien à plat sur le papier.

Les empreintes laissées devraient vous renseigner sur le type de voûte plantaire que vous avez :

– si l’empreinte apparait en quasi-totalité, vous devez avoir les pieds plats : choisissez plutôt des chaussure anti-pronation.

– si la courbe située entre l’avant-pied et le talon est importante, alors vos voûtes plantaires sont très cambrées : choisissez plutôt des chaussures anti-supination.

– si l’empreinte est entre les deux (courbe intérieure légère mais pas trop importante), c’est que votre pied est normal : universel

De toute façon, la prochaine fois que vous allez acheter des chaussures de running, emmenez votre ancienne paire et demandez conseil (enfin… si vous allez en magasin spécialisé bien sûr !).

 

Source image : asics.fr / Crédit image à la une

Categories: Anatomie et santé

Leave a Reply